Mobilite et espaces de travail

sept 19, 2011 by     No Comments    Posted under: Collaboratif, Coworkers, Coworking, Evénements, Sur le terrain

Invité par Baptiste Bourghton de LBMG Worklabs, entreprise experte en tiers-lieux, le tour de table du mardi 13 septembre avait pour objectif d’apprendre à s’adapter à la demande de mobilité des espaces de travail.

Animé par Frantz Gault, 4 professionnels du télétravail étaient présents pour enrichir les échanges.

Intervenants :

  • Jean-Baptiste Roger, conseiller TIC auprès du Président de la Région IDF
  • Angélica Tigan, directrice des centres d’affaires du groupe ServCorp
  • Laurian Berthin-Hugault, président de Centrex
  • Thierry Coste, Directeur Consulting et Services chez Steelcase

 

Les espaces de co-working : l’échange et l’ouverture grâce au collectif

Jean-Baptiste Roger, aussi co-fondateur de La Cantine, est intervenu autour de l’intérêt des espaces de coworking. Plus que des simples espaces de travail, ces tiers lieux sont des espaces où l’ouverture d’esprit est fortement recommandée afin de favoriser les échanges et la création d’idées entre les personnes présentes.

L’exemple de La Cantine a été cité à plusieurs reprises, car il permet de prendre conscience que ce lieu a été une sorte de laboratoire qui a permis de susciter un intérêt croissant pour les espaces de coworking. La Cantine a permis de faire naître d’autres espaces de coworking tels que le Community Space, Mutinerie, Soleilles Cowork ou encore le nôtre : Next & Coworking. D’après l’évolution du concept en France, 2012 sera « l’année charnière » où la demande et l’offre risquent d’augmenter de façon très importante. Pour trouver ou référencer un espace de co-working à proximité de votre ville, rendez-vous sur le site neo-nomade.

Les centres d’affaires : recevoir ses clients dans des lieux prestigieux

Angélica Tigan a abordé le cas des espaces de travail en centres d’affaires. Sans avoir de fourchette de prix à indiquer, il s’agit là d’espace de très haut de gamme. Les offres proposées par ServCorp vont de la petite structure aux grands groupes pour répondre à des besoins précis.

Ayant compris que le travailleur nomade est bien souvent à la recherche d’un espace de travail pour quelques heures, voir une journée mais rarement plus, le groupe compte proposer des formules courtes avec accès à une offre de ligne téléphonique et à un espace détente. Voilà qui pourrait bientôt démocratiser l’accès aux centres d’affaires !

Les télécentres : compromis entre les espaces coworking et les centres d’affaire

Laurian Bertin-Hugault note deux niveaux de pratique : celui du client occasionnel, qui vient pour sa pause et qui recherche un coin détente pour boire son café tout en profitant du wifi, ou celui du client régulier qui a besoin d’un espace « réservé » pour travailler à son aise. Aujourd’hui il existe pour le moment 40 télécentres en France.

Paris est le berceau des offres de bureaux à distance, il convient maintenant de s’étendre à d’autres zones géographique. L’arrivée des télécentres devraient répondre aux demandes hors de la capital puisqu’ils vont se développer en périphérie urbaine. Le principe des télécentres sont comme les espaces de coworking, des lieux où les acteurs ne viennent que pour quelques heures. Il leur faudra donc proposer des open spaces capables d’accueillir des groupes de projet de quelques personnes à un gros groupe dans des infrastructures dédiées.

Au lieu de parler bureau 2.0 parlons travail 2.0

Dernier interlocuteur, Thierry Coste, est revenu sur la problématique de départ : pourquoi des espaces de travail à distance ? Pour répondre à un besoin d’instantanéité en terme de travail. Plus loin que cet enjeu d’espace mobile pour travailler, cette évolution manifeste un réel besoin de repenser les manières de travailler qui influenceront l’offre qui, dans 5 ans, sera très variée, presque sur-mesure pour satisfaire les besoins croissants et multiples.

C’est à cette fin que l’application neo-nomade, première application du genre à sortir en France, va permettre de géolocaliser les espaces de travail à distance pour trouver à l’instant T, un espace adapté à ses besoins.

Conclusion

L’évènement s’est soldée par des échanges autour du modèle économique des espaces de coworking. L’exemple de la Cantine montre l’intérêt porté à ces nouvelles organisations de travail, mais elle reste marginale puisque qu’elle est en partie financée par la région Ile-de-France.

Laurian Bertin-Hugault affirme que les télécentres sont d’une réelle utilité en périphérie urbaine, mais cela pose des problèmes de financement, les investisseurs doute de leur rentabilité. La région Ile-de-France, quant à elle, s’y intéresse mais le marché est encore frais, elle préfère donc prendre le temps d’enquêter sur l’état réel de la demande avant de s’engager … ce qui repousse les opportunités.

Le middle-management est aussi un souci majeur, interne à l’entreprise, mais je n’insisterais pas dessus car l’objet de cet événement était vraiment de parler des types d’infrastructures apportant des solutions aux travailleurs nomades. Le télétravailleur, déjà convaincu lui, ne peut pour le moment qu’attendre !

Got anything to say? Go ahead and leave a comment!

XHTML: You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>